Follow Us

Epilepsie idiopathique : définition, diagnostic et traitement

Epilepsie idiopathique

Les affections neurologiques sont des phénomènes courants qui se manifestent par divers mécanismes. Il peut en résulter des troubles psychomoteurs, moteurs voire même sensoriels. Les causes sont diverses et variables d’un individu à un autre. On peut retrouver des origines traumatiques (accident, chute), des origines médicamenteuses ou toxiques (substances psychotropes), mais aussi des origines tumorales dans le cas de tumeurs cérébrales bénignes ou malignes (cancer).

L’un de ces phénomènes est particulièrement violent : il se décrit par des épisodes de crises, exceptionnelles ou récurrentes, qui se manifestent par des convulsions.

Définition de l’épilepsie

Epilepsie idiopathique

L’épilepsie est un phénomène neurologique caractérisé par des convulsions violentes du corps avec perte totale ou partielle de connaissance. Il est provoqué par des décharges électriques brutales qui se déversent sur la zone corticale du cerveau. Cette zone est tapissée par les cellules nerveuses, ou neurones cérébraux, qui sont surexcités suite à cette stimulation soudaine et simultanée, et l’on assiste ainsi à ce que l’on appelle « crise d’épilepsie ».

Quand ces crises sont répétitives, c’est-à-dire que leur survenue est récurrente et que cela dure depuis 6 mois, on parle d’épilepsie chronique, ou maladie épileptique.

Classification des épilepsies

On distingue deux grands types d’épilepsie : les crises généralisées et les crises partielles. La première touchant les deux parties du cerveau droite et gauche, ce qui se traduit par une contraction complète du corps et s’accompagne de troubles sensitifs et sensoriels divers, tels que les hallucinations, les fourmillements, et parfois même des sensations désagréables et des impressions de déjà-vu. La perte de connaissance est complète (ou partielle dans ce qui caractérise le « petit mal épileptique ») et l’épisode peut durer plusieurs minutes.

Quant à la crise épileptique partielle, elle est plus discrète et ne touche qu’une région limitée du corps. La perte de connaissance n’est pas totale.

Les causes de l’épilepsie

Comme dit plus haut, plusieurs raisons peuvent être à l’origine de la maladie épileptique. Les causes les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Une pression cérébrale exercée par une tumeur, bénigne ou maligne.
  • Un accident vasculaire cérébral (AVC).
  • Un traumatisme crânien : suite à une chute violente ou à un accident.
  • Une malformation congénitale.
  • Une origine infectieuse : dans le cas de la méningite bactérienne.

Qu’est-ce que l’épilepsie idiopathique ?

Parfois, il arrive qu’aucun des éléments mentionnés ci-dessus ne soit à l’origine de la crise épileptique, on parle alors d’épilepsie idiopathique, c’est-à-dire épilepsie sans cause spécifique, bénigne et généralisée, elle touche environ 6 personnes sur 10.

Si la cause est inconnue, cela ne nous empêche pas d’en déterminer les facteurs déclencheurs, qui sont les mêmes que ceux de l’épilepsie symptomatique. On parle donc des éléments suivants :

  • Les lumières clignotantes : agressives pour le cerveau à cause des nombreux messages qu’elles envoient.
  • Un flash lumineux.
  • Une émotion forte : le plus souvent la colère ou une situation de stress excessif.
  • La prise de certains médicaments : comme par exemple les neuroleptiques.
  • Des substances exogènes : comme la consommation de drogues, etc.
  • Une exposition excessive aux ondes téléphoniques néfastes pour le cerveau.

Diagnostic de l’épilepsie idiopathique

Epilepsie idiopathique

Il arrive parfois que la crise soit exceptionnelle à cause d’une situation particulière, comme suite à un surmenage et un stress intense. C’est pour cela qu’il est important de passer par un médecin qui se chargera non seulement d’établir un diagnostic précis, mais aussi de déterminer s’il s’agit d’une épilepsie chronique ou non. Suite à ce diagnostic, il établira le traitement adéquat.

L’examen repose sur la description clinique des crises et leur durée et la réalisation d’un électro-encéphalogramme (EEG) dans le but d’enregistrer l’activité électrique du cerveau : une activité élevée appuie le diagnostic. Suite à cela, il peut identifier l’épilepsie et définir le type dont il s’agit, selon qu’elle soit généralisée ou partielle, idiopathique ou symptomatique.

Traitements de l’épilepsie idiopathique

Le traitement de l’épilepsie idiopathique, puisque la cause est inconnue, repose sur la combinaison du traitement de crise et de la prévention. Le premier visant à calmer la crise pourvu que le patient aille mieux et ce, en appliquant les gestes de premier secours et en administrant une dose de benzodiazépine si nécessaire (manœuvre très délicate réalisée exclusivement par un professionnel).

La prévention consiste à adopter des gestes au quotidien pour éviter de développer une crise, comme par exemple un sommeil suffisant, une activité physique régulière et modérée, bref, adopter une bonne hygiène de vie. Il est préférable de limiter l’usage du téléphone à cause des ondes qu’il projette. Sinon, utilisez des patchs anti-ondes pour absorber ces dernières et éviter qu’elles n’agressent votre cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *